Outils pour utilisateurs

Outils du site


viallaneix_paul

Paul VIALLANEIX (1925 - )

Rédactrice principale : Paule Petitier

1. Éléments biographiques

Né le 4 juillet 1925 à Gumont (Corrèze) Son père et sa mère sont instituteurs et tous les deux originaires de Corrèze. Ils se sont rencontrés à Meymac où ils avaient été nommés tous les deux, puis ont obtenu un poste double dans un bourg du Plateau de Millevaches, Pradines. Ils ont enseigné ensuite à Peyrolles. Les grands-parents étaient paysans du côté du père, artisans du côté de la mère (menuisiers ébénistes). Scolarité à l'école communale de Peyrolles, puis de Chanac, près de Tulle, où les parents ont demandé leur mutation en prévision des études secondaires de leur fils unique. Entre au lycée de Tulle en 1935, passe le bac en 1942. Entre au lycée Louis-le-Grand en octobre 1942, suit les cours de Jean Guéhenno avant que celui-ci ne soit révoqué par le gouvernement de Vichy. En 1943, pendant son année de khâgne, il quitte Paris et rejoint le maquis en Corrèze. De novembre 1943 à septembre 1944, il fait partie des corps francs de Tulle. Il reprend sa khâgne en 1946, échoue au concours d'entrée à l'École Normale d'Ulm en 1945 mais est reçu 7e en 1946. Il est issu d'une famille de tradition catholique, mais n'a pas été baptisé, son père s'étant détourné de l'Église catholique. Il se tourne vers le protestantisme au début des années 1950 et occupe des responsabilités au Conseil régional puis au Conseil national de l'Église protestante. Il dirige l'hebdomadaire protestant Réforme de 1985 à 1993. En 1950, il épouse Nelly Roux, agrégée de philosophie, qui deviendra professeur des universités et spécialiste de Kierkegaard.

2. Activités professionnelles

a. Carrière universitaire

Études supérieures à l'École Normale supérieure d'Ulm de 1946 à 1949. Agrégation de Lettres classiques en 1949 (3e). Passe un an à la Fondation Thiers (1949-1950). Occupe un poste d'assistant à la Sorbonne de 1950 à 1952. Y donne notamment un cours sur “le sentiment de la province chez les poètes de la Pléiade”. Consacre son mémoire de maîtrise à “L'idée de peuple dans la pensée de Jules Michelet”, sous la direction de Maurice Levaillant. S'inscrit en thèse à la Sorbonne, sous la direction de René Jasinski en 1949, toujours sur le même sujet. Il soutiendra sa thèse en 1959 (Jury : Jankélévitch, Fabre, Pintard…). Thèse complémentaire : édition critique des Écrits de Jeunesse de Michelet. Pour la soutenance, qui devait se faire sur exemplaire imprimé, La Voie royale a été publiée chez Delagrave et les Ecrits de Jeunesse chez Gallimard. Postes occupés : Paul Viallaneix a fait toute sa carrière à l'Université de Clermont-Ferrand. Il y obtient un poste d'assistant en 1952 et devient le collègue de Robert Ricatte. Il y côtoie également Michel Serres et Michel Foucault. Paul Viallaneix a donné très tôt (dès le début des années 1950) pendant une vingtaine d'années des cours d'agrégation à l'Ecole Normale (sur les auteur du XVIe siècle aussi bien que sur ceux du XIXe). Son premier cours d'agrégation, consacré à Marguerite de Navarre, a été donné à Sévigné (pour remplacer Van Tieghem qui était malade). Il fonde avec Jean Ehrard, Jacques Droz (et d'autres historiens) le Centre de recherches révolutionnaires et romantiques à l'Université de Clermont. Le premier colloque du Centre, en 1975, est consacré au préromantisme (Qu'est-ce que le préromantisme ?). Il participe à la fondation de la Société des Etudes romantiques après 1968. Il en est le secrétaire général de 1968 à 1978 (?).

b. Autres

3. Champ chronologique

XIXe siècle, mais aussi XVIe siècle (enseignement) et XXe siècle (Supervielle, Camus).

4. Perspectives critiques et méthodologiques

5. Objets d'étude

  • Auteurs : Jules Michelet, Jules Supervielle, Albert Camus, Alfred de Vigny
  • Genres : histoire, poésie, roman
  • Mouvements : romantisme
  • Thèmes : le peuple, la Révolution…

6. Bibliographie

a. Primaire

  • - La Voie royale. Essai sur l'idée de peuple dans l'œuvre de Michelet, Flammarion, 1971.
  • - éd. J. Michelet, Œuvres complètes, Flammarion,
  • - éd. J. Michelet, Ecrits de Jeunesse, Gallimard, 1959.
  • - éd. J. Michelet, Journal t. I et II, Gallimard, 1959 et
  • - avec la collaboration d'Irène Tieder et d'Oscar A. Haac, éd. J. Michelet, Cours au Collège de France, 2 tomes, Gallimard, 1995.
  • - Michelet, les travaux et les jours (1798-1874), Gallimard, 1998.
  • - éd. J. Michelet, La Mer
  • - éd. J. Michelet, Le Peuple
  • - éd. J. Michelet, La Sorcière
  • - Alfred de Vigny par lui-même, éd du Seuil
  • - Les Fêtes de la Révolution: colloque de Clermont-Ferrand,[du 24 au 26] juin 1974: actes

Articles

  • “Guizot historien de la France” : guizot-historien-de-la-france.pdf
  • - “Les silences de l'histoire” : les-silences-de-l_histoire.pdf
  • - “Le héros selon Michelet” : le-he_ros-selon-michelet.pdf
  • - “Michelet, Quinet et la légende protestante”, dans Bulletin de la Société d'Histoire du Protestantisme français, 1979, vol. 125, no3, pp. 79-89.
  • - “Michelet, le Magistère de l'historien”: michelet-magistere-de-l_historien.pdf
  • - “Michelet, machines, machinisme”, Romantisme : michelet-machines-machinisme.pdf
  • - “En marge du Banquet, deux inédits de Michelet”
  • - “Réformation, Révolution”, dans Autres temps, Les cahiers du christianisme social, 1989,vol. 22, n°22, p.44-49 : re_formation-re_volution.pdf
  • - “La “méthode intime” de Michelet”, dans L'Esprit Créateur, vol. 46, n° 3, Fall 2006, pp. 100-104.
  • - “Michelet et la révélation de 1789”, dans Romantisme, :michelet-et-la-revelation-de-1789.pdf
  • - “Michelet, la réforme et les réformés (Deuxième partie). Les amitiés protestantes”, dans Bulletin de la Société d'Histoire du Protestantisme français, 1980, vol. 126, no4, pp. 489-508.
  • - “Musset et le Christ”, dans la Revue d'histoire littéraire de la France, 76e Année, No. 2, Musset (Mar. - Apr., 1976), pp. 228-238.
/var/www/wiki19/htdocs/data/pages/viallaneix_paul.txt · Dernière modification: 2017/05/30 16:53 par cecileb